8 MARS, JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES !

mercredi 28 février 2018
popularité : 4%

PAS DE PROGRES SOCIAL SANS EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES !
15h40 ! Toutes en Grève !
18h ! Manifestons !

Rendez-vous sous l’ombrière du Vieux-Port

Le 8 mars, n’est pas « la journée de la femme », l’heure n’est pas à la fête. Les inégalités entre les femmes et les hommes demeurent et le 8 mars, nous sommes toutes en lutte pour défendre les droits de toutes les femmes.

A l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, la FSU invite les personnels de la Fonction publique à se mobiliser pour une réelle égalité professionnelle et contre les violences sexistes et sexuelles.

« La cause des femmes n’est ni secondaire, ni une opération de communication. Elle exige une volonté politique, des moyens humains comme financiers mais aussi des sanctions contre tous ceux qui ne respectent pas l’égalité professionnelle. » Dans un communiqué daté du 22 février, la FSU demande que ministères et collectivités locales fassent preuve d’une politique volontariste en matière d’égalité professionnelle dans la Fonction publique.
Par ailleurs, et relevant que les récentes études sur les violences sexistes et sexuelles n’épargnent pas la Fonction publique, elle revendique « un plan d’ampleur et des moyens humains et financiers fléchés pour lutter contre toutes les formes de violence. » Un combat qui passe aussi par la prévention et pour la FSU, « la lutte contre les stéréotypes de genre toujours persistants dans les médias, à l’école, dans la vie publique et privée doit être un objectif prioritaire. » C’est pourquoi elle demande que des modules de formations initiale et continue soient proposés à l’ensemble des personnels.
Une campagne unitaire de mobilisation

La journée internationale est aussi cette année l’occasion pour une coalition d’une vingtaine d’organisations féministes, d’associations et de syndicats, dont la FSU, de lancer une campagne de mobilisation avec notamment une enquête en ligne afin de réaliser un diagnostic des violences faites aux femmes au travail et un recensement des actions prévues partout en France autour du 8 mars. La FSU organise également le même jour, à Paris, une journée nationale de réflexion sur la question de l’égalité professionnelle et invite les personnels à participer aux actions qui auront lieu dans les régions.
A Marseille, RV 18h sous l’ombrière !

PDF - 212.2 ko
8 Mars, Tract du Collectif 13 Droits des Femmes

Le communiqué de la FSU
8 mars : journée internationale pour les droits des femmes
jeudi 22 février 2018

Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

Mais cette égalité est loin d’être effective.

Pour la FSU, la cause des femmes n’est ni secondaire, ni une opération de communication. Elle exige une volonté politique, des moyens humains comme financiers mais aussi des sanctions contre tous ceux qui ne respectent pas l’égalité professionnelle.

L’égalité entres les femmes et les hommes est incontournable : elle participe du progrès social.

La FSU condamne la précarité, la pauvreté et le chômage dont les femmes sont les principales victimes, durant leur vie active comme à la retraite. Elle demande au gouvernement de faire appliquer les lois en matière d’égalité professionnelle et d’y dédier les moyens nécessaires.

Les femmes représentent 62 % des agent-es.ont de la Fonction publique. La FSU dénonce les mesures comme le gel de la valeur du point d’indice ou le décalage du calendrier PPCR qui, au-delà de l’injustice qu’elles représentent pour l’ensemble des fonctionnaires, sont particulièrement préjudiciables aux femmes.

La FSU demande que tous les ministères et toutes les collectivités locales fassent preuve d’une politique volontariste et s’emparent réellement du protocole « égalité professionnelle » dans la Fonction publique du 8 mars 2013 pour remédier aux situations d’inégalité qui persistent.

Les violences sexistes et sexuelles au travail sont inacceptables et ont des impacts conséquents sur la santé physique et mentale des victimes et sur leur carrière professionnelle. Les dernières études révèlent que la Fonction publique n’est pas épargnée. La FSU exige un plan d’ampleur et des moyens humains et financiers fléchés pour lutter contre toutes les formes de violence.

Il est aussi urgent de mettre en place des dispositifs de prévention. La lutte contre les stéréotypes de genre toujours persistants dans les médias, à l’école, dans la vie publique et privée doit être un objectif prioritaire. Des modules de formations initiale et continue doivent être initiés pour l’ensemble des personnels.

Pour la FSU, la garantie de services publics pour toutes et tous sur l’ensemble des territoires, de la petite enfance à la perte d’autonomie est aussi un moyen pour accéder à l’émancipation des femmes et à l’égalité.

La FSU organise une journée nationale de réflexion et de débats sur la question de l’égalité professionnelle le 8 mars à Paris.

Elle appelle à participer à toutes les actions et mobilisations (rassemblement, débrayage, manifestions, grève....) qui auront lieu dans les régions.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Permutations 2018/2019


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2018/2019


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Mouvement 2018

e-Mouvement


Notre partenaire