Gilets jaunes : un vent de colère légitime !

mercredi 5 décembre 2018
popularité : 2%

Depuis plusieurs semaines un mouvement populaire de grande ampleur, révélateur d’un malaise social grandissant, bouscule nos habitudes et défie bon nombre de règles institutionnelles. Il réussit à mobiliser de façon durable travailleurs, chômeurs, retraités, et maintenant lycéens, qui réclament des moyens pour vivre mieux, une réelle justice sociale, revendications que nous partageons largement au SNUipp et à la FSU.

Le gouvernement tente de justifier ses choix politiques, les augmentations des taxes sur les carburants, par l’urgence écologique. C’est un mensonge car on le sait, le produit de ces taxes sert avant tout à augmenter le budget de l’Etat et non à contribuer à la transition énergétique et écologique !

L’urgence sociale et l’urgence écologique sont indissociables, on ne répondra pas à l’une sans répondre à l’autre. Des mesures d’urgence s’imposent :

    • L’augmentation des salaires, des pensions, des indemnités chômage, et des allocations sociales et leurs indexations sur les prix pour permettre à tous/toutes de vivre dignement.
    • L’arrêt des suppressions de postes et des fermetures des services publics, et la réouverture de services publics et sociaux de proximité pour permettre une organisation équilibrée des territoires.
    • Un plan de construction de logements sociaux et de résorption de l’habitat insalubre et une rénovation écologique de l’habitat accessible à tous, particulièrement urgent à Marseille.

Le SNUipp-FSU 13 dénonce toutes les formes de violences qu’elles émanent du mépris du gouvernement, des groupuscules extrémistes ou de la police. Il soutient la mobilisation citoyenne actuelle contre la politique du gouvernement, tout en refusant les discours racistes, antisémites ou xénophobes. Il appelle à une autre répartition des richesses et à l’urgente nécessité de mesures sociales fortes.

La situation créée par les Gilets Jaunes appelle à la mobilisation de toutes et tous, avec les organisations syndicales, pour obliger le gouvernement à changer radicalement de politique. Le SNUipp-FSU 13 s’adresse à ses instances nationales en ce sens.

COMMUNIQUÉ de la FGR FP

Le mouvement des « gilets jaunes », révélateur de la fracture sociale
Ce mouvement, parti d’une protestation populaire contre la hausse des prix des carburants, s’est aujourd’hui élargi à de multiples revendications concernant tant le pouvoir d’achat que la fiscalité. Même si parfois nous ne pouvons partager certaines revendications, même si nous ne pouvons que condamner certains débordements, ce mouvement exprime une protestation large, profonde et populaire contre la politique menée par le gouvernement.
Les retraités sont parmi les premiers à être concernés par le recul manifeste de leur pouvoir d’achat avec la hausse de la CSG et la non revalorisation de leur pension. A l’appel de 9 organisations syndicales et associatives dont la FGR‐FP, ils étaient 200 000 à exprimer leur colère en manifestant le 15 mars et presque autant le 18 octobre.
Les retraités se sentent aujourd’hui méprisés et maltraités par ce gouvernement qui refuse toute négociation avec leurs représentants.
C’est, plus généralement, ce refus de négocier et ce mépris pour les corps intermédiaires qui est à l’origine du mouvement des « gilets jaunes ». C’est aussi la politique fiscale menée par le gouvernement qui accentue la fracture sociale et provoque la colère avec les cadeaux aux plus riches au travers de la suppression de l’impôt sur la fortune et la baisse de l’imposition des revenus du capital. La hausse des taxes sur le carburant, sous prétexte d’écologie, servira en réalité à renflouer les caisses de l’État pour combler les cadeaux fiscaux faits aux entreprises et aux plus riches.
Face au défi du réchauffement climatique, notre pays a besoin d’une véritable politique écologique qui ne soit pas punitive envers les classes populaires mais basée sur le développement des transports en commun et d’importants investissements dans la transition menant aux économies d’énergie et à une production d’électricité moins carbonée.
Pour faire face à la crise sociale la FGR‐FP revendique une véritable redistribution des richesses répondant aux aspirations des salariés et des retraités. C’est sur ces bases que la FGR‐FP appelle les retraités à se mobiliser.
Paris, le 29 novembre 2018


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


*Permutations 2019/2020


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2019-2020


Dernier Info-Hebdo


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire