Circulaire de rentrée 2019

mardi 9 juillet 2019
popularité : 1%

4 parties, elles-mêmes déclinées en sous parties :
 L’école maternelle, école de l’épanouissement et du langage ;
 l’acquisition des savoirs fondamentaux par tous les élèves : une priorité nationale ;
 un pilotage en soutien de l’action pédagogique des professeurs ;
 cultiver le plaisir d’être ensemble.
Sans surprise, ce projet justifie la politique en cours du ministère (dédoublement, pilotage académique, instruction obligatoire à 3 ans) et va plus loin en mettant à la fois un focus sur ce qu’il considère comme « les bonnes pratiques » de la maternelle au CM2, mais aussi sur un encadrement de plus en plus strict des choix et des pratiques pédagogiques à tous les niveaux s’accompagnant de recommandations, de guides (dont cinq, sur le modèle du « guide orange CP » sont annoncés pour la rentrée ) , d’évaluations standardisées et d’un contrôle renforcé déguisé en pilotage en soutien de l’action pédagogique des enseignant-es. Bien loin de l’ambition des programmes de 2015, les missions de la maternelle sont réorientées et minorées, autour de la phonologie, du vocabulaire et de la « préparation aux apprentissages fondamentaux ». Pédagogiquement, cela marque un tournant. L’école maternelle est consacrée comme institution d’instruction, aux dimensions éducatives passées sous silence. Dans les trois recommandations annexées à cette circulaire, les besoins éducatifs et pédagogiques spécifiques aux élèves des milieux populaires ne sont pas pris en compte. Comme dans le guide orange, l’élève dont il est question est un élève idéal-typique qui n’existe pas. Les « recommandations pédagogiques », comme les précédentes, sonnent comme des ordres. En ciblant des priorités d’enseignement, elles incitent à contourner les programmes et à déroger aux obligations horaires au seul profit de sous-domaines du français et des mathématiques. L’objectif d’une culture commune pour tous est abandonné.

Ce projet prétend élever le niveau général des élèves et viser la justice sociale, mais il ne répond pas aux attentes de l’école et écarte toute une série d’activités qui donnent sens à la pratique de la langue et construisent la compréhension. Il enferme ainsi les élèves dans des activités modulaires répétitives comme s’il suffisait de s’entraîner pour apprendre, comprendre et apprendre à comprendre. Cela va priver les élèves issus des milieux populaires de l’accès au sens qui permet d’entrer dans les savoirs scolaires.
L’enseignant-e est lui relégué-e au rôle d’exécutant-e à laquelle et auquel on demande de rendre des comptes en mettant en place des évaluations et en incitant à utiliser les ressources sur Eduscol en lien avec les évaluations standardisées. Sous couvert d’accompagnement dont les finalités formatives sont détournées, sont annoncés des visites régulières dans les écoles, un accompagnement serré et une formation avec des partis pris.
L’éducation prioritaire est traitée uniquement sous le prisme des dédoublements de classe, rien n’est dit sur la nécessité d’enseigner explicitement, de donner les codes de l’école, comme le préconise pourtant le référentiel de l’Éducation prioritaire.
Tout est misé axé sur un enseignement individualisé mettant de côté l’importance du collectif de travail et ses ressources.
Quant aux domaines d’apprentissage, outre les « fondamentaux » qui occupent tout l’espace, l’EMC est traitée au travers de l’approche restrictive du « respecter autrui ». L’histoire, les sciences, l’EPS sont absents du projet. Le programme vélo, l’apprentissage de la natation dès la maternelle, pourtant très médiatisés, ne sont pas abordés. Les arts, le sont succinctement...
Les élèves en situation de handicap sont abordés dans la 4ème partie, l’école inclusive étant traitée dans une circulaire à part.
Rien n’est dit sur les missions des futur-es étudiant-es stagiaires.
La circulaire dessine les contours d’une pédagogie officielle transmissive où la coopération, l’entraide entre les élèves, la pédagogie de projet n’ont pas leur place. Quant à la liaison école-collège, elle est passée sous silence, omission d’autant plus étonnante qu’un amendement à la loi sur l’école de la confiance, au nom de cette liaison, proposait de réunir ces structures dans un même établissement .

***
Pour aller plus loin :
La circulaire de rentrée 2019
Le sommaire du BO du 22/29 mai 2019 (recommandations pédagogiques pour la maternelle et attendus de fin d’année et repères annuels de progression)

L’analyse détaillée du SNUipp-FSU

I. Maternelle

1. Développer la sécurité affective à l’école maternelle :

Commentaires du SNUipp-FSU
La notion d’attachement est une grande nouveauté dans un texte ministériel ou réglementaire. Cela s’inscrit dans la suite des assises de la maternelle où sont conjugués les besoins liés au développement et les objectifs d’enseignement. On pourrait se féliciter de ce que les besoins des jeunes enfants soient mis autant en exergue, mais la contradiction entre la volonté d’empathie et la volonté de contrôle et de progression le dément.
Quant au renforcement du rôle de cette école, il ne se traduit que par des prescriptions plus importantes qui seront évaluées et l’instruction obligatoire à 3 ans. La priorité qui avait été donnée à l’accueil des moins de trois ans est cassée au profit de l’école obligatoire à trois ans. Ces dispositifs permettaient pourtant la prise en compte des enfants des milieux populaires dès deux ans et étaient de nature à contribuer à réduire les inégalités, en les familiarisant plus tôt avec les règles du jeu scolaire et en leur donnant ainsi de l’avance sur d’autres. Le recul de la scolarisation à moins de trois ans est à craindre dès lors que les dédoublements en grande section seront lancés. La baisse démographique aurait pu permettre de relancer la scolarisation des moins de trois ans contribuant ainsi à permettre aux femmes des milieux populaires de chercher du travail en bénéficiant d’un mode de garde gratuit. Ce projet est loin de répondre aux défis auxquels est confrontée notre école.

A - Renforcer et entretenir la qualité de l’accueil des parents et responsables des élèves
Ce que dit la circulaire
Poursuivre l’accueil et la coopération avec les parents et les responsables légaux des élèves ;
Disponibilité des enseignant-es ;
s’adapter aux besoins du jeune enfant ;
Assiduité affirmée pour tous les élèves avec des aménagements possibles au moment de la sieste pour les plus jeunes.

Commentaires du SNUipp-FSU
D’un côté il est demandé aux enseignant-es de renforcer le lien école famille, de l’autre d’avoir un rôle de contrôle. Si l’assiduité des élèves est essentielle dans le parcours scolaire, la seule souplesse envisagée est le moment de la sieste. Rien n’est dit sur les possibilités de rentrée échelonnée, l’aménagement des parcours pour s’adapter au rythme de chacun, notamment des plus jeunes. Le travail effectué avec les dispositifs de moins de 3 ans n’est pas valorisé et même totalement absent. On est bien loin de la bienveillance et du respect du rythme de l’enfant. Le lien école famille est à consolider, mais ne doit pas reposer sur cette relation ambiguë, alors que c’est la reconnaissance mutuelle, la formation, du temps reconnu pour les rencontres, qui sont nécessaires.

B - Transmettre la confiance en soi
Ce que dit la circulaire :
Impact du comportement des professeur-es sur les apprentissages ;
Discours positif, ambitieux, bienveillant valorisant les progrès.

Commentaires du SNUipp-FSU
Est renvoyée la responsabilité de la réussite des apprentissages des élèves aux seuls comportements des enseignant-es. Si la bienveillance et la valorisation des apprentissages sont essentielles pour entrer dans les apprentissages, ce ne sont pas des conditions suffisantes. Les programmes de 2015 étaient bien plus éclairants à ce sujet.

C - Travailler en synergie avec les ATSEM
Ce que dit la circulaire
Rôle majeur des ATSEM pour favoriser l’attachement et la sécurité matérielle et affective des élèves aux côtés des professeur-es des écoles ;
Organisation de formations locales conjointes encouragées, particulièrement sur les sujets de l’accueil, de l’attachement et de l’aide éducative.

Commentaires du SNUipp-FSU
Considérer que les ATSEM ont un rôle déterminant dans la réussite des élèves en maternelle est une nouveauté. Si le SNUipp-FSU a toujours revendiqué la présence d’ATSEM dans les classes et reconnu leur travail indispensable et complémentaire avec celui de l’enseignant-e, on ne peut que constater les inégalités sur le territoire en matière de présence effective dans les classes. L’encouragement à la formation commune des ATSEM est une bonne chose, mais n’engage en rien le ministère, puisque la formation des ATSEM repose sur les collectivités.

2. Renforcer la préparation aux apprentissages fondamentaux
Ce que dit la circulaire :
Les acquisitions en maternelle déterminantes pour la maîtrise des fondamentaux ;
Découvrir, manipuler, expérimenter, jouer : des activités réaffirmées ;
Connaissance et manipulation des unités sonores : enseignement progressif dès la petite section ;
Approfondir les stratégies d’enseignement des premiers apprentissages mathématiques, une priorité avec l’appui des référents mathématiques.

Commentaires du SNUipp-FSU
Les activités de manipulation, de découverte, d’expérimentation, de jeu sont réaffirmées uniquement pour faire passer les priorités ministérielles qui visent à primariser la maternelle. Dès la petite section, il convient de s’atteler à l’apprentissage de mots et à l’entraînement de la phonologie en mettant en place des progressions qui seront repensées. Il s’agit d’une entrée précoce dans des apprentissages normatifs qui seront évalués, méthode très efficace pour construire de la « difficulté scolaire » dès le plus jeune âge. Quid de la progressivité, du temps différent d’apprentissage des élèves, des programmes de 2015, de la conception de l’évaluation sur les progrès des élèves, de la compréhension, du livre, de la littérature, des activités physiques et artistiques, de l’exploration du monde... L’acquisition des savoirs n’est abordée qu’au travers d’entraînements quotidiens et répétitifs, la question du sens est occultée.

3. Une priorité : l’enseignement structuré du vocabulaire oral
Ce que dit la circulaire :
Enseignement structuré et régulier du langage ;
Enrichir le vocabulaire, présentation structurée, à travers des regroupements sémantiques et logiques ;
Recommandations jointes à la circulaire avec des indications précises.

Commentaires du SNUipp-FSU
La maîtrise du langage et l’accès à la compréhension ne sont traités qu’au travers de la maîtrise du vocabulaire. Si celui-ci est essentiel, la recherche a pourtant montré que les élèves qui ont le moins de vocabulaire sont ceux qui ont le moins d’interactions langagières. Demander de mettre de côté le langage du vécu, quotidien, d’effectuer des séances déconnectées de la vie des élèves est désastreux pour les élèves les moins bien dotés. Par contre cela permet à des associations ou laboratoires du type, Agir pour l’école, de franchir officiellement les portes de l’école et d’imposer des pratiques. L’enseignement du vocabulaire est essentiel mais doit se construire dans des activités qui lui donnent sens (Cf. recherche Naramus).

4. Enrichir la formation des professeur-es débutant en école maternelle
Ce que dit la circulaire :
Formation spécifique des néo-titulaires (T1 à T3) nommé-es sur un poste maternelle et des enseignant-es en école élémentaire débutant en maternelle ;
Formation qui insistera sur les connaissances en matière de phonologie, de syntaxe et de lexique ;

Commentaires du SNUipp-FSU :
Si le SNUipp-FSU revendique davantage de formation, il ne demande pas une spécialisation pour enseigner en maternelle. La formation envisagée devrait concerner l’ensemble de la profession au travers de la formation initiale et continue. Techniquement rien n’est dit sur qui assurera ces formations. Une focale est mise sur la phonologie la syntaxe et le lexique qui confirme les partis prix de l’enseignement de la lecture du ministère et primarise la maternelle.

II. L’acquisition des savoirs fondamentaux par tous les élèves : la priorité nationale
1. Des évaluations pour faire réussir les élèves
Ce que dit le projet
Utilisation des évaluations standardisées pour permettent la mise en œuvre d’interventions pédagogiques ciblées afin de répondre aux difficultés des élèves et conduire un accompagnement personnalisé ;
Chaque école, circonscription, département doit faire l’analyse détaillée de ces résultats pour structurer un projet pédagogique et le volet formation qui l’accompagne ;
Calendrier de passation des évaluations de début d’année.

Commentaires du SNUipp-FSU
Aucune remise en cause des évaluations, le ministère persiste et utilise les évaluations pour justifier ces choix. On ne parle pas de différenciation mais d’individualisation des apprentissages. La formation se réduit aux compétences évaluées. Rien sur les obstacles aux apprentissages, sur l’enseignement explicite, sur l’importance du collectif de travail.
Présentes dans la circulaire les évaluations s’imposent aux enseignant-es sans tenir compte des outils construits en classe.

2. Cibler des priorités stratégiques du CP au CM2
Ce que dit la circulaire :
Les priorités sont issues des résultats des précédentes évaluations.
CP :
En mathématiques : manipulation, jeu et calcul mental, complément à 10, la soustraction, les nombres jusqu’à 100, résolution de problèmes et sens des 4 opérations ;
En français : enseignement graphème phonème intensif et systématique pour automatiser les procédures de décodage et accéder à la compréhension, écriture de lettres, compréhension orale par l’étude de textes lus par l’enseignant, dès que l’élève sait déchiffrer travail de compréhension sur des phrases simples, complexes et textes, la fluence est travaillée au quotidien avec comme objectif de 50 mots par minute. L’enseignement lecture écriture représente au moins 2 heures par jour.
CE1 :
En mathématiques : consolidation de la connaissance des nombres, résolution de problème à 2 ou plusieurs étapes ;
En français : poursuite de l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du vocabulaire, l’accent sur la fluence se poursuit, la compréhension orale et écrite est travaillée au travers de textes riches et diversifiés.
CE2 :
En mathématiques : calcul mental, enregistrement de procédures, résolution de problèmes ;
En français : lecture à voix haute, étude quotidienne de la langue mise au service de la compréhension et de la production écrite des élèves.
CM1/ CM2 :
En mathématiques : calculs et résolution de problème notamment multiplicatifs, nombres décimaux et fractions début CM1 ;
En français : consolider les automatismes, développer la compréhension et la production à l’oral et à l’écrit, étude de la langue soutenue et régulière.
Dans tous les niveaux de l’école élémentaire :
La vie en classe, à l’école, les situations d’apprentissage et les modalités de travail favorise respect, coopération et confiance ;
L’organisation des emplois du temps garantira rythme, intensité et régularité des apprentissages.

Commentaires du SNUipp-FSU :
L’école élémentaire est réduite aux « fondamentaux », l’accès à la compréhension au CP ne se fait qu’une fois que le décodage est acquis. Pourtant le repérage des signes graphiques qui rendent possible la compréhension (ponctuation, morphèmes...) pourrait être considéré comme faisant partie des « fondamentaux » des compétences de lecteur. L’activité graphique est mise en avant mais rien n’est dit sur les essais d’écriture. Lire et écrire se réduisent au décodage et au graphisme, maigre contribution à la complexité des apprentissages visés. Il est nécessaire de rappeler que les progressions relèvent de la liberté pédagogique dans le cadre de l’application des programmes.
Il est rappelé aux enseignant-es qu’ils seront surveillé-es et que l’emploi du temps sera garant des priorités qui doivent être respectées.
Rien n’est mentionné concernant les champs disciplinaires « hors fondamentaux » : histoire, arts, EPS, EMC...
Il est très intéressant de voir que les recommandations pédagogiques ne parlent jamais d’un travail pédagogique à conduire en milieu populaire là où sont concentrées les populations socio économiquement défavorisées.

3. Le dédoublement des classes de CP et de CE1 : un levier pour la réussite de tous les élèves
Ce que dit la circulaire :
Les classes de CP et de CE1 dédoublées visent à acquérir les fondamentaux ;
Efficacité de ces classes : il convient de prolonger les efforts engagés par l’encadrement pédagogique, un accompagnement renforcé en matière pédagogique et didactique ;
Les modalités de formation en REP+ doivent prendre en compte les attendus des enseignements fondamentaux du CP et CE1.

Commentaires du SNUipp-FSU
L’éducation prioritaire n’est évoquée que pour rappeler les CP et CE1 à 12, les dédoublements à venir en grande section. Aucune réflexion sur la conduite des apprentissages, sur la formation et sur le travail collectif en réseau spécifique à l’éducation prioritaire. Aucune conception positive de l’action pédagogique à conduire dans ces écoles. Les recommandations qui l’accompagnent sont muettes sur ces questions. Tout est centré sur le cycle 2, les « fondamentaux » et l’encadrement des pratiques qui se poursuit. Rien n’est dit sur le cycle 3 qui voit ses effectifs grossir, ni sur les écoles hors EP où pourtant la difficulté scolaire est belle et bien présente. Rien n’est dit non plus sur le PDMQDC, réduit à néant dans certains départements, alors même qu’une récente étude danoise fait état de l’efficacité du maître +. L’abandon de ce dispositif au profit du dédoublement doit donc être questionné.
Les moyens consacrés à l’EP sont encore assez loin de ce que recommandait l’OCDE dès 2013 qui proposait d’y consacrer 0.13% de PIB.

4. Conforter l’enseignement précoce des langues vivantes étrangères
Ce que dit la circulaire :
Apprentissage d’une langue vivante étrangère, en particulier l’anglais, doit débuter précocement ;
Maternelle : éveil à la diversité linguistique, musicalité, phonologie et accentuation de la langue ;
Recommandation jointe à la présente circulaire précise les modalités de mise en œuvre en maternelle ;
Guide spécifique pour l’élémentaire.

Commentaires du SNUipp-FSU
A nouveau les enseignant-es sont cadré-es soit par des recommandations soit par la parution d’un nouveau guide. L’accent est mis sur l’anglais. Quid des élèves allophones, des langues régionales et de la mise en valeur de ce plurilinguisme. Quid des effectifs chargés en maternelle, du contenu et des modalités de la formation initiale et continue des enseignant-es.

III. Un pilotage en soutien de l’action pédagogique des professeurs

1. Une formation renforcée
Ce que dit la circulaire
18h d’animation pédagogiques consacrées aux mathématiques et au français qui s’appuieront sur les résultats des évaluations nationales ;
Formation en maternelle sur le langage, le nombre et le développement affectif et social du jeune enfant ;
Recrutement de référent mathématique par circonscription ;
Mise en commun des formateurs/formatrices et formations au niveau départemental ;
Formation des formateurs et formatrices centrée sur français et mathématiques.

Commentaires du SNUipp-FSU
Sans surprise, la formation continue des enseignant-es est réduite aux « fondamentaux » lire écrire compter. La référence qui garde force de loi reste pourtant les programmes nationaux, jamais cités. Quid des besoins du terrain, quid des autres disciplines pourtant essentielles dans la construction d’une culture commune. Les enseignant-es comme les formateurs et formatrices voient leur champ d’intervention et leur liberté pédagogique se réduire. Les résultats des évaluations nationales peu révélateurs du niveau des élèves, des écoles, du département sont utilisés comme prétexte pour imposer les partis pris du ministère.

2. Des ressources d’accompagnement plus riches au bénéfice des professeurs
Ce que dit la circulaire
De nouveaux guides : vocabulaire et la phonologie en maternelle, lecture et écriture au CE1, grammaire et langues vivantes étrangère à l’élémentaire et mathématiques au CP ;
En lien avec les évaluations nationales : ressources en ligne sur Eduscol ;
Document de présentation des évaluations nationales par le conseil scientifique.

Commentaires du SNUipp-FSU
Sous couvert de mettre à disposition des outils à la profession, les prescriptions et injonctions vont se poursuivre et s’accentuer au travers de la publication de multiples guides. Il est à craindre, comme dans le guide orange CP, que seront consignés dans ces ouvrages des partis pris ne mettant en avant qu’une partie des travaux de la recherche. Ces guides renforcent une conception du métier avec des enseignant-es exécutant-es. Le guide orange a été suivi d’ajustements des programmes de l’élémentaire ; quel cadre réglementaire est-il prévu pour la maternelle, doit-on s’attendre à une réécriture des programmes, alors qu’ils avaient fait l’unanimité au CSE ?

3. La nécessaire mobilisation des cadres en appui des professeurs
Ce que dit la circulaire
Des organisations pédagogiques propres à favoriser le développement et la consolidation des compétences des élèves sont recherchées ;
Elles font l’objet de formation et d’accompagnement ;
une attention particulière aux professeur-es confronté-es à des situations difficiles ;
Création d’une commission départementale pour étudier les points de tension et envisager des mesures adaptées ;
Des dialogues stratégiques, des visites de classe régulières donnant lieu à des lettres de mission pour les IEN.

Commentaires du SNUipp-FSU
Pour la première fois il y a une reconnaissance de l’existence de situations très difficiles auxquelles peuvent être confronté-es les enseignant-es dans les classes ou dans les écoles. C’est à mettre au crédit du travail du SNUipp-FSU en lien avec les CHSCT. La création d’une commission départementale sera cependant bien insuffisante si cela ne s’accompagne pas de moyens, d’une véritable réflexion sur la prévention des risques et l’accompagnement des élèves, des familles et des enseignant-es.
L’annonce de « dialogues stratégiques » accompagnés de « visites de classes régulières » est une contrainte pour les enseignants comme pour les formateurs. Enfin, pour la première fois, les évaluations seront utilisées non plus uniquement au sein de la classe mais au niveau de l’école et du département. Ceci révèle l’extension de la « culture de l’évaluation » voulue par le ministère.

IV. Cultiver le plaisir d’être ensemble
A - Respecter autrui
Ce que dit la circulaire
Transmettre des savoirs et valeurs essentiels pour vivre en société afin de comprendre les valeurs de la République ;
Élaborer un cadre définissant les droits et les devoirs ;
Acquisition et partage des valeurs de la République ;
Construire une culture civique ;
Des repères de progression sur Eduscol.

Commentaires du SNUipp-FSU
Après avoir été oublié dans le projet initial, « respecter autrui » a changé de statut, il est présent mais traité de manière différente par rapport aux autres fondamentaux.
Une inflexion en lien avec la fin des élections européennes ?
De grands principes dans la droite ligne de la ré-écriture des programmes d’EMC.

B - Mieux accueillir les élèves en situation de handicap
Ce que dit la circulaire
Établir un véritable service public de l’école inclusive ;
Coopération plus étroite et plus efficace entre l’éducation nationale, les établissements et les services médico éducatifs ;
Améliorer le lien avec les familles et les réponses qu’apporte l’institution ;
Mise en place des PIAL dans les circonscriptions ;
Création d’une plateforme de ressources CAP École inclusive ;
Renforcement de la formation des AESH et professeurs.

Commentaires du SNUipp-FSU
L’école inclusive est traitée de manière très succincte, une circulaire ministérielle spécifique lui étant consacrée où les différents points évoqués sont développés (voir circulaire école inclusive). L’école inclusive n’est abordée qu’au travers des élèves en situation de handicap. Quid des élèves ayant d’autres besoins éducatifs particulier.


C - Développer l’éducation artistique et culturelle

Ce que dit la circulaire
Lecture et livre : prêt de livre et animations autour de la lecture ;
Musique : une chorale par école et rentrée en musique ;
Découverte du patrimoine de proximité poursuivi par un travail sur l’histoire des arts.

Commentaires du SNUipp-FSU
Une approche très réductrice de la culture et des arts. Rien sur le théâtre, la danse, les arts visuels, la visite de musées... le recours à l’intervention de professionnels. Quid des projets, des classes découvertes, de participation à des concours divers et variés pourtant porteur de sens.

D - Assurer l’équité entre tous les territoires de la République
Ce que dit la circulaire
En éducation prioritaire : poursuite des dédoublements, des petits déjeuners gratuits étendus à tous les départements, 80 cités éducatives ;
En zone rurale réseau d’école pour maintenir un service éducatif de proximité et de qualité, toute fermeture d’école devra être accompagnée de l’accord préalable du maire.

Commentaires du SNUipp-FSU
L’éducation prioritaire est à nouveau traitée dans ce point « cultiver le plaisir d’être ensemble », alors qu’elle est victime au quotidien de ségrégation par le prisme des petits déjeuners gratuits et de la mise en place des 80 cités éducatives.
Dans le rural, l’école en réseau est mise en avant comme seule solution pour préserver un service public de proximité. Le ministère n’oublie pas de rassurer les maires en spécifiant leur accord avant toute fermeture d’école, ce qui est déjà le cas dans les textes actuels.
Les problèmes des quartiers populaires et ceux des zones rurales sont traités au même niveau, comme s’ils étaient de même nature et comme s’il s’agissait d’abord de problèmes éducatifs alors qu’il s’agit de problèmes d’abord économiques et sociaux. Serait-ce un avant-goût du rapport Mathias Azéma ?

V - Conclusion
Une circulaire qui ne répond en rien aux défis de l’école d’aujourd’hui, qui formate les enseignants les transformant en de simples exécutants et confirme le retour aux programmes de 2008 pourtant fortement décriés et qui n’ont pas fait leur preuve.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


*Permutations 2019/2020


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2019-2020


Dernier Info-Hebdo


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire