Compte-rendu de la 1ère audience DASEN 2019-2020

vendredi 27 septembre 2019
popularité : 17%

Le secrétariat du SNUipp-FSU 13 a été reçu le 18 septembre 2019 en audience par le DASEN, le secrétaire général et l’IEN-A à l’inspection académique pour traiter de plusieurs questions liées aux conditions de cette rentrée ou de ses nouveautés.

La délégation du SNUipp-FSU a établi une liste de points demandant réponses ou précisions de la part de l’administration :

Fonctionnement entre la DSDEN 13 et les représentants du personnel, notamment sur les questions de carrière, de la fin du mouvement. Le SNUipp-FSU demande que l’administration apporte des réponses aux fiches navettes de situations individuelles transmises tout au long de l’été et qu’elle transmette les informations sur la suite du mouvement après la CAPD du 30 août.
Le secrétaire général maintient que toutes les réponses ont été apportées en CAPD et entérine un mode de fonctionnement qui vise clairement à décider des affectations via l’application nationale, malgré ses incohérences, sans discussion ni prise en compte de l’expertise des représentants du personnel. Aucune réponse ne sera apportée aux dizaines de cas envoyés par le SNUipp-FSU 13, ce qui laisse les collègues sans réponse. Pour le SNUipp-FSU 13, ce mode de « non fonctionnement » contribue à développer la souffrance au travail exprimée par les collègues. Cela figure d’ailleurs dans les points évoqués sur l’alerte sociale déposée.

Le SNUipp-FSU 13 rappelle que les psychologues stagiaires doivent être « tutoré.es » et en aucun cas utilisé.es pour combler des supports de postes vacants sans autre forme d’accompagnement.
L’administration donne son accord de principe et dit vouloir vérifier qu’aucune situation de ce genre n’existe.

Le SNUipp-FSU 13 dénonce l’opacité dans les désignations des tuteurs-trices, qu’ils s’agissent de tuteurs-trices pour des stagiaires psy EN ou CAPPEI, ou encore concernant la direction d’école. En effet, être tuteur-trice permet d’accéder à l’ indemnité de tutorat mais figure aussi dans le « CV », pouvant ainsi être un élément déterminant pour un déroulement de carrière plus avantageux. Le SNUipp-FSU 13 demande que des appels à candidatures soient effectués et que des critères assurant la transparence des choix effectués soient définis.
L’administration dit y réfléchir….

Le SNUipp-FSU 13 demande que l’avis du DASEN pour l’accès à la hors classe et à la classe exceptionnelle soit visible sur iprof (seul l’avis de l’IEN est visible) afin que les collègues qui le souhaitent puissent engager les recours prévus par les textes.
Selon l’administration, l’appréciation du DASEN sera accessible aux collègues très rapidement et la CAPD de recours n’ayant lieu que fin novembre, les délais de recours éventuels pourront être respectés.

REP+, journées de formation et indemnités des brigades : Le SNUipp-FSU 13 intervient sur le recours à la brigade départementale, en lieu et place de brigades REP+ dont le poste a été fermé, pour les remplacements en REP+, ce qui permet à l’administration de ne plus verser la prime dans son intégralité mais au prorata des jours effectués. D’autre part, cette année, il est laissé le choix aux collègues de ne pas bénéficier des 12h de formation REP+ auxquelles ils ont droit, ceci permettant de libérer des moyens de remplacement, notamment en fin d’année pour couvrir les stages de direction.
L’administration affirme qu’aucun poste de brigade REP+ n’a été supprimé en carte scolaire et que l’utilisation de toutes les brigades pour des remplacements de congés sur la période hivernale permet de conserver une « efficience » du remplacement tout en permettant au dispositif REP+ de perdurer. Le silence est évocateur quant à « l’aubaine » financière réalisée au détriment des collègues.
En ce qui concerne la formation, alors que notre délégation regrette de placer les collègues en situation de renoncer à une formation à laquelle ils ou elles ont droit, le DASEN joue sur la sémantique et évoque le fait que le dispositif REP+ « ouvre droit » à des jours de formation sans caractère obligatoire. Nous lui avons rappelé que plusieurs des renoncements possibles pouvaient être le résultat de dysfonctionnements passés où les remplacements n’avaient pu être effectués, incitant ainsi les collègues à garder leur classe.

PIAL, Situation des AESH, des élèves en attente :
Seuls les AESH recruté-es dans les PIAL du second degré pourront se voir proposer une augmentation de leur contrat à 32 heures. Les AESH recruté-es dans les PIAL du premier degré auront un contrat de 24 heures. Cela ne peut pas être envisagé dans les autres écoles. Le SNUipp-FSU 13 dénonce l’absence de volonté politique de la DSDEN d’augmenter le nombre d’heures des contrats. La seule évolution tient à la disparition du recours à des contrats de type CUI à la fin de cette année scolaire, remplacés par des contrats d’AESH de trois ans.
Au 18 septembre, le secrétaire général estime à env 250 le nombre d’élèves en situation de handicap en attente d’AVS. Il explique cette situation par le fait qu’une trentaine d’AVS ne se sont pas présenté-es le jour de la rentrée et qu’une commission s’est tenue fin août (une autre le 10/09) à la MDPH avec des renouvellements et des nouvelles demandes.

Cités éducatives : 4 expérimentations dans le département dont 3 à Marseille et une à Port-de-Bouc. Le SNUipp-FSU 13 demande à être informé des modalités d’organisation et une totale transparence sur les financements engendrés.
Le DASEN répond que ces informations seront données.

Incidences de la loi sur la scolarisation des enfants de trois ans en maternelle :
Le SNUipp-FSU 13 a demandé si un cadrage départemental avait été communiqué aux IENs concernant les possibilités de retour l’après-midi, conformément à la circulaire reçue en juin. Depuis la disparition des AADE, il est impossible pour les directions d’école d’assurer une présence au portail en dehors des heures d’entrée ou de sortie des élèves.

Le DASEN a répondu qu’aucune consigne n’avait été donnée aux IENs.

Situation particulière de Marseille : le SNUipp-FSU 13 rappelle la désastreuse gestion de la situation de l’école Cours Julien, la condescendance regrettable avec laquelle les personnels ayant voulu tirer l’alarme ont été traités et le courrier incroyable envoyé par la ville aux familles des élèves déplacés, de même que la situation des enseignant-es qui ont appris la délocalisation de leur école par la presse. Le SNUipp-FSU 13 dénonce le manque de soutien apporté aux familles délogées à la suite de l’incendie de Maison Blanche. Plus largement, il constate l’absence d’évolution dans l’incapacité de la ville à affecter à la rentrée les élèves dans une école de proximité.
L’IEN-A s’est étonnée de la situation des familles de Maison Blanche, a évoqué la distinction entre toiture et sol pour le Cours Julien et a à peine masqué son embarras dans le fait que la volonté affichée de mieux travailler avec les services de la ville ne porte pas de meilleurs résultats.

Le SNUipp-FSU 13 rencontre l’administration régulièrement, n’hésitez pas à nous faire remonter vos problématiques afin que nous puissions intervenir !


Agenda

 

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2019-2020


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire


Permutations 2018/2019