Retour sur la journée du 3 octobre : quand l’administration nie la souffrance au travail à tous les niveaux !!!

dimanche 6 octobre 2019
popularité : 5%

La journée du 3 octobre était marquée par un hommage à Christine Renon lors du jour de ses obsèques. Partout en France, les enseignant-es se sont mobilisé-es sous diverses formes : brassard noir, affichage de la lettre de Christine, distribution du communiqué intersyndical aux parents, réunion d’informations, rassemblements…

Dans notre département, le suicide de Christine fait suite à la tentative de suicide d’une collègue et à plusieurs alertes suicidaires depuis la rentrée. Plusieurs centaines de collègues se sont mobilisé-es pour exiger que les choses changent.
La question de la souffrance au travail est bien un sujet d’importance dans notre département, et c’est pour cela qu’un DASEN avait accepté la diffusion d’un questionnaire sur les risques psycho-sociaux aux personnels du premier degré ! Cela aurait dû permettre de travailler à la suppression des risques à leur source, comme l’imposent les textes, mais depuis il n’y a guère d’avancées car l’administration préfère résumer cette question à quelques cas isolés !
Et c’est bien le message délivré hier par les centaines de collègues mobilisé-es à Istres et Martigues et Salon, devant les locaux des circonscriptions, comme devant la DSDEN, à l’appel de 7 organisations syndicales.

Les propos du DASEN le matin même dans la Provence donnaient le ton de la prise en compte de la parole des enseignant-es :

  • « Parmi les 36 inspecteurs de circonscription qui œuvrent dans le département, il y en a peut-être un ou deux qui exercent de manière un peu raide ou maladroite, c’est vrai. Sans doute faut-il agir à ce niveau-là, en menant une enquête contradictoire, ce que nous faisons au-delà des médiations régulières. »
  • Avant d’ajouter : « Qu’il y ait des difficultés, c’est un fait. De là à parler d’une souffrance qui envahirait le système, c’est exagéré. »

Ce déni de la souffrance au travail de notre DASEN est un affront à toute la profession ! Il ne s’agit pas de désigner des personnes comme responsables mais de dénoncer un système, une politique de « pilotage » qui connait et laisse perdurer les dysfonctionnements, qui déplace les personnes mais ne remet pas en cause l’organisation du travail. Non, Monsieur le Directeur Académique, les problèmes ne remontent pas uniquement d’une ou deux circonscriptions, et ils ne reposent pas, là encore, uniquement sur des dysfonctionnements individuels, le problème est bien plus général. Il est urgent de s’atteler à la tâche ! Dans l’intérêt de tous les personnels, et donc des élèves.

Monsieur le Directeur Académique, vous êtes responsable de la sécurité de vos agents ! Il est de votre responsabilité de les protéger ! Comme vous l’a exprimé l’intersyndicale que vous avez reçue en audience jeudi nous vous demandons de :

  • protéger effectivement de la santé physique et morale des personnels comme vous l’impose le Code du Travail
  • pour cela régler au plus vite les situations des circonscriptions d’Istres et Salon
  • mettre en place la médecine préventive réglementaire à la hauteur des besoins
  • respecter la législation en matière d’accident de service
  • respecter les prérogatives des CHSCT tant au niveau de leurs missions d’enquête que celles de prévention
  • appliquer systématiquement l’article 11 du statut de fonctionnaire : protection inconditionnelle des enseignants par la hiérarchie face aux agressions dont ils sont victimes
  • vous assurer de conditions d’exercice respectueuses et adaptées à un enseignement de qualité
  • faire cesser la « violence institutionnelle » dans les opérations de carrière et notamment réponse systématique à leurs questions, meilleure gestion des payes (changement de domiciliation bancaire, versement de la totalité du salaire dès le mois de septembre, versement des primes dès lors que l’agent y a droit…), harmonisation départementale des entretiens de carrière…
  • abaisser les effectifs dans les classes et respecter les seuils
  • garantir les remplacements de tous les personnels
  • recruter les psychologues EN nécessaires pour couvrir tous les postes
  • direction d’école : augmenter les quotités de décharges, améliorer le régime indemnitaire ; rétablir une aide administrative à temps complet dans le cadre d’un emploi statutaire de fonctionnaire dans toutes les écoles. L’an dernier, des dizaines de directrices, directeurs et adjoint-es ont alerté l’administration sur leurs conditions de travail hautement dégradées, faisant état de leur mise à mal quotidienne face aux multiples tâches et responsabilités à assumer, ils n’ont toujours pas eu de réponse.

Le communiqué intersyndical :

PDF - 244.7 ko
Communiqué intersyndical Souffrance au travail du 02.10.19

Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Aide Mouvement 2020


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire