Compte-rendu de la réunion carte solaire 1er et 2nd degré

mardi 21 janvier 2020
popularité : 4%

Le Directeur Académique des Bouches-du-Rhône a réuni les organisations syndicales siégeant en CTSD afin de leur présenter les grandes lignes de la carte scolaire tant pour le premier degré que pour le second degré.
Le Comité Technique Académique devrait se tenir le 22 janvier, il conditionne ensuite la déclinaison des opérations à la fois de carte scolaire et de mouvement.

Pour le premier degré

Le DASEN a rappelé qu’il s’agit pour le département de mettre en perspective les éléments de politique éducative que le Ministre a donnés dans sa conférence préparatoire à la rentrée 2020. La « priorité » affichée pour le 1er degré restera assez inaudible puisque le nombre de postes créés ne suffira même pas à couvrir les besoins pour le dédoublement des Grandes Sections.
En effet, l’Académie a obtenu 76 postes 1er degré dont 70 seront affectés aux Bouches-du-Rhône.

Le DASEN considère que les moyens nécessaires au plan démographique ont été donnés les années précédentes sur les rentrées 2017 2018 et 2019, et que de plus selon les données de la DEP, notre département connaîtra une très légère amorce d’une baisse des effectifs pour la prochaine rentrée
Il s’agit en fait d’une baisse infinitésimale de -30 élèves pour 197 000 relevant de l’école primaire dans les BdR, soit 0,015% des effectifs ! Les prévisions pour les années suivantes verraient s’accentuer cette baisse (-1000 à la rentrée 2021 ?).

Il manque 90 postes pour le seul dédoublement des GS !

Les moyens alloués seraient donc intégralement dédiés au dédoublement des classes de GS en REP+ uniquement, ce qui nécessite 160 moyens. On est donc loin du compte y compris en intégrant cette stagnation prévue des effectifs, et ce sont donc près de 90 moyens qui seront ponctionnés sur les classes, sans compter les aspects qualitatifs (remplacements, ULIS, CPC, UPE2A, Direction, décharges PIAL,...).

L’outil annoncé pour ces mesures est la confirmation d’un changement de méthode déjà mis en place l’an passé sans l’assumer auprès des écoles.
Les grilles de seuil deviennent par un glissement sémantique des repères indicatifs qui ne seront donc pas forcément appliqués pour les mesures d’ouvertures, et pas du tout appliqués pour les fermetures ! L’administration ne s’appuiera uniquement que sur les capacités maximales d’accueil, ce qui permettra d’augmenter considérablement le nombre de fermetures de classes possibles !

Le « cœur de la carte scolaire » sera donc la poursuite des allègements avec toutefois l’éventualité de réaliser ces dédoublements sur plusieurs années d’ici 2022... La limitation des classes de GS, CP et CE1 à 24 n’est pas à l’ordre du jour pour cette rentrée scolaire car jugée trop coûteuse.

De l’aveu même des services de la DSDEN et du DASEN, les mesures de dédoublement seront parfois impossibles faute de locaux, notamment sur Marseille, mais la gestion de la pénurie appelle « l’innovation pédagogique » pour faire fonctionner 4 enseignant-es sur 2 locaux en gardant une salle de classe ordinaire en co-intervention à 2 et en construisant une cloison au milieu de la seconde pour une réel dédoublement. Des séminaires de formation sont d’ores et déjà envisagés début juillet pour affiner ce fonctionnement qui se heurtera tout de même, comme en conviennent les services, au fait que certaines classes ne peuvent être ainsi cloisonnées car l’une des deux parties n’aurait plus de fenêtres...

Le calendrier est quant à lui soumis à celui des élections municipales, et les mesures ne seront examinées qu’au lendemain du 2ème tour des élections municipales. C’est dire que les mesures de mouvement connaîtront donc un retard forcé puisque les deux opérations sont liées.

Le SNUipp-FSU 13 a souligné les contradictions de ces annonces avec la réalité des écoles et les moyens alloués. Il s’est élevé contre la suppression des seuils car de toute évidence, les classes REP en dehors des GS, CP et CE1, ainsi que toutes les classes maternelles et élémentaires hors REP vont subir des coupes sombres qui vont aggraver les conditions de travail des élèves et des enseignants, sans compter l’impasse faite sur toute amélioration qualitative.
Le cadre général posé est aussi celui de l’avenir de la carte de l’Education prioritaire.

Pour le second degré, le DASEN reconnaît lui-même que l’équation est encore plus complexe car le département va accueillir 1264 collégiens de plus pour seulement 2 ETP de plus. Le retard était déjà conséquent au vu de la paupérisation de nombres de secteurs du département, et c’est donc là aussi une carte scolaire catastrophique qui s’annonce, les services de la DSDEN se penchant sur les modèles de calcul de répartition de moyens qui « feront le moins de dégâts ». Autant dire que dans le 1er comme dans le second degré l’heure est toujours à l’action.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou situation délicate !


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


*Permutations 2019/2020


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2019-2020


Dernier Info-Hebdo


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire