PIAL, AESH, enfants victimes de troubles ou en situation de handicap : La rentrée ratée !

samedi 12 septembre 2020
popularité : 2%

Sur l’accueil en milieu ordinaire des enfants handicapés justifiant la présence d’un.e AESH, cela fait bien longtemps que la communauté scolaire se sent abandonnée. Jamais aucune rentrée n’a été sur ce terrain une partie de plaisir mais celle-ci restera dans les annales. Les AESH n’ont reçu pour affectation en cette rentrée qu’une vague injonction à retourner sur l’école où ils.elles officiaient l’an passé. De nombreuses notifications d’élèves sont en attente (la crise du COVID est passé.e par là sans réaction de l’administration). Si une remontée des besoins est à présent arrivée dans les écoles, elle aurait dû être envoyée beaucoup plus tôt, afin d’anticiper l’organisation de la rentrée. Résultat :Ici, il manque 27 heures ; là, les AESH sont sur deux écoles (laquelle choisir ? Qui décide ?), voire une école et un collège ; là encore il n’y a qu’un.e AESH pour 5 élèves. Ou comment complexifier le quotidien des écoles qui n’en ont vraiment pas besoin en cette rentrée …

Au bout de ce chemin tracé par la désertion de l’Inspection d’Académie, il y a la souffrance au travail des enseignant.e.s, des directeurs.trices, des AESH bien sûr… et des élèves. Chemin dont on a du mal à imaginer qu’il puisse être autre puisqu’en elle-même la politique des PIAL ne répond pas aux besoins. Bien au contraire.Première incongruité : celle des « têtes de PIAL » (les directeur.trice.s sûrement), à qui le gouvernement souhaite déléguer la gestion et la responsabilité de la pénurie. Déjà, partir sur une base de 5h d’accompagnement par élève pour évaluer les besoins en terme d’AESH mutualisé (hors AESH-i) dit tout du renoncement profond de l’État à prendre en compte les réels besoins des enfants dans ce besoin. En plus, ni le nombre des élèves notifiés,ni la typologie des handicaps présents dans l’école ne sont réellement pris en compte. Quand le SNUipp-FSU 13 a demandé à l’Inspection Académique et au Rectorat à partir de quels critères et de quel seuil un nouveau contrat serait débloqué si de nouveaux élèves notifiés arrivaient, aucune réponse n’a été donnée : « à défaut d’un nombre suffisant d’AESH »…Le flou total ! Demain, il faudra décider lequel des enfants pâtira le plus de la pénurie de moyens humains puisque « les directions d’école organisent le service des AESH en fonction des besoins des élèves » : 2h pour l’un, 3h pour l’autre… Cela risque de mettre les collègues en porte à faux face aux parents qui exigeront l’octroi d’un maximum d’heures pour leur enfant. Et puis, toute gestion humaine des moyens est impossible dans l’attribution de tel.le ou tel.leAESH à tel ou telle élève ! Sur quels critères se basera l’organisation du service des AESH et leur répartition dans les classes ?

Bref, rien ne va et les engagements annoncés ne sont pas tenus. Le SNUipp-FSU 13 a rappelé ceux pris quant aux signatures des avenants aux contrats liés à leur mise en conformité avec la circulaire de juin 2019 et à la revalorisation de 50€.

Il nous avait été précisé que ces signatures de contrats se feraient avec effet rétroactif. Un an après, le confinement a reporté ces délais et nombre d’AESH n’ont toujours pas perçu leur dû. Ces retards sont lourdement préjudiciables aux intéressés qui connaissent déjà souvent la précarité par ces temps partiels imposés. La base de 24 heures en école et de 32 heures en collège ou lycée pour les AESH en PIAL avait été dénoncéepar la FSU lors du CTA de rentrée 2019, depuis les choses n’ont pas bougé par manque de moyens or l’inclusion ne peut se payer de mots.

Tout ceci laisse, dans la bouche des élèves, des parents, des enseignant.e.s et des AVSAESH un goût amer et le sentiment que l’Ecole inclusive est un slogan, un affichage dont les moyens sont bien trop loin d’être à la hauteur des besoins, ça n’est pas acceptable !

Alléger les effectifs de classe, titulariser et former les AESH, les enseignant-es, attribuer aux enfants les heures d’accompagnement dont ils ont besoin, recruter à hauteur de ces besoins, organiser une administration répondant aux nécessités, bref respecter les personnels et les enfants, semble pourtant raisonnable et accessible. C’est en tout cas les principes portés par le SNUipp-FSU 13.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Aide Mouvement 2020


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire