1ère rencontre avec le DASEN : la copie est à revoir !

samedi 12 septembre 2020
popularité : 5%

Le nouveau DASEN ayant décidé de ne pas répondre aux demandes d’audience de divers syndicats, dont le SNUipp-FSU, avait choisi un format « conférence de presse » pour sa première prise de contact avec les organisations syndicales du département.

Etant venu accompagné uniquement du Secrétaire Général, et non avec ses adjoint-es comme il est de coutume afin de présenter l’équipe de direction, se présentant à peine, n’offrant pas aux organisations syndicales la possibilité d’exprimer leurs demandes, le DASEN a directement démarré un long monologue sur les modalités de gestion de la crise sanitaire actuelle, allant même jusqu’à nous redistribuer les copies des circulaires et affichettes reçues dans les écoles !
Bref, tout sauf l’ouverture d’un réel dialogue social qui doit permettre, en principe, de travailler ensemble à l’amélioration du fonctionnement des écoles et des conditions de travail des personnels.

Lorsque nous avons pu prendre la parole, pour « poser des questions », il a enfin été possible de lire la déclaration intersyndicale commune exigeant le respect du dialogue social, une gestion de la crise sanitaire débarrassée de l’improvisation permanente et du deux poids deux mesures.

Sur la question de la crise sanitaire, peu de choses nouvelles. Mais des précisions sur une doctrine qui pose question :

  • Sur les évictions et fermetures, c’est l’ARS qui décide. Pas la DSDEN.
  • Le masque prime sur la distanciation
  • L’éviction individuelle prime sur la fermeture d’établissement

Le SNUipp-FSU 13 lui a rappelé que son rôle auprès de l’ARS était justement de faire prendre en compte les spécificités des écoles, non d’être juste une courroie de transmission.

A ce sujet, le DASEN a demandé aux organisations syndicales de « passer un message » aux équipes enseignantes ! Il leur est demandé de respecter les gestes barrière sur les temps méridiens, et donc d’éviter de manger en même temps, dans la même pièce, car cela oblige la DSDEN à remplacer toute l’équipe en cas de cas COVID ! Cela est mal connaître le fonctionnement des écoles, particulièrement dans ce contexte de rentrée où les temps méridiens sont des temps de réunions !

Et des constats navrants mais assumés : le département est déjà aux limites de ses capacités de remplacement. L’institution n’est pas calibrée en termes de personnels pour absorber une telle crise. Certes ... Pourquoi dès lors le ministre n’a-t-il pas entendu la requête du SNUipp-FSU de recrutements statutaires à la hauteur des besoins ? Il n’est pas trop tard …

Nous avons ensuite cherché à comprendre pourquoi des IEN avaient changé de circonscription ou de mission départementale, mais aussi et surtout pourquoi il n’était plus possible, sur injonction du DASEN, de les rencontrer localement. Le DASEN a une volonté de contrôle total puisqu’il souhaite être destinataire de toutes les demandes d’audiences auprès d’IEN et qu’il donnera son accord en fonction de l’ordre du jour.

Pour le SNUipp-FSU, la remise en cause de ce dialogue social de proximité indispensable pour répondre aux questionnements et difficultés que rencontrent les collègues est un signe de plus du peu de crédit accordé à la parole des personnels et de leurs représentants.
Nous demandons au DASEN de ne pas oublier que nous sommes dans « l’Ecole de la confiance » et qu’il est possible de faire confiance aux représentant-es syndicaux-les et aux IEN pour régler les situations. Qu’il se rassure, si nous n’y parvenions pas, nous lui ferions savoir.

Aux nombreuses questions posées par le SNUipp-FSU, peu de réponses :

  • Demande d’audience : « oui, quand je pourrai »
  • Evaluations nationales : les mêmes que l’an dernier, ne tenant pas compte de l’impact de la crise sanitaire, donc inadaptées : « oui je sais que quelques organisations syndicales ont une position sur le sujet »
  • • Liste définitive des ouvertures de classes accueillantes de secteur : le DASEN admet avoir pris du retard dans les arbitrages qu’il devait rendre, rejetant la faute sur la gestion de la crise sanitaire. Il a passé le dossier à l’IENA. En attendant, plus d’une semaine après le groupe de travail, les écoles sont toujours dans l’attente !
  • Dysfonctionnements majeurs sur la mise en œuvre des PIAL : pas de réponse
  • Rattrapage de salaire attendu par les AESH depuis l’an dernier : pas de réponse

Une victoire quand même, l’obtention d’un CHSCT de rentrée dédié à la crise qui se tiendra le 18 septembre.

Le reste n’a pu être évoqué, le DASEN ayant « une urgence ».
Le secrétaire général a apporté des réponses quant à la situation des personnels. Sont en ASA, les personnels :

  • en quatorzaine qui n’ont ni congé maladie, ni certificat médical à fournir
  • qui doivent garder leur enfant qui ne peut être accueil en crèche ou en école
  • sont arrêt maladie, avec donc jour de carence, les personnels positifs à la COVID-19.

Pour le SNUipp-FSU 13, le DASEN a raté son premier oral, gageons qu’il se rattrape en audience bilatérale, que nous n’avons pas manqué de redemander !


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Aide Mouvement 2020


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire