Direction d’école : la loyauté à sens unique de notre administration

jeudi 8 octobre 2020
popularité : 3%

Un nouvel appel à candidature « Référent(e) pour les directrices et les directeurs d’école » a été lancé par le nouveau DASEN.

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance des termes de cet appel insultant pour la profession engagée dans le service public d’Education de tous temps et notamment dans cette dernière période marquée par les conséquences et les aléas de l’épidémie de COVID-19...

En effet, les compétences attendues ne portent ni sur la connaissance des textes et de l’état des informations sur le dossier de l’allègement des tâches de la direction d’école, l’amélioration de son fonctionnement, mais uniquement sur la « manière de servir » avec un contresens délibéré sur la notion de serviteur de l’État.
L’appel précise en effet que :
« Le (la) référent(e) doit être une directrice ou un directeur actuellement en poste, expérimenté(e) disposant d’états de service reconnus pour leur excellence. Cette fonction requiert des qualités d’organisation, d’initiative et de communication, un sens aigu de la diplomatie et une grande disponibilité. Elle requiert également une loyauté sans faille, le sens de l’État et du service public. »

Un tel appel méconnaît les compétences demandées au niveau des référentiels des métiers de la Fonction Publique et des formations initiales et continues. Jamais la maîtrise d’un tel préalable n’aurait été niée pour des IEN ou des chefs d’établissements.

Mais sans doute faut-il lire en fait un contresens sur la notion de « loyauté sans faille ». Ce serait faire injure à l’intelligence de nos supérieurs hiérarchiques que de penser qu’il s’agit d’une maladresse naïve.

Cette formulation marque un glissement sur les attentes de l’institution, en lien avec la multiplication des postes à profil.

Notre loyauté sans faille nous l’exerçons au quotidien en direction des usagers de nos écoles, à l’égard de notre hiérarchie malgré des conditions qui génèrent une surcharge de travail, voire de la souffrance. Ce contresens est de fait une confusion entre le service de l’Etat compatible avec l’exercice de sa citoyenneté et de ses droits civiques, et le service d’un pouvoir incarné qui déciderait de la pensée autorisée. L’Histoire est marquée par de telles dérives liberticides. Ce raccourci loin d’être une maladresse témoigne bien d’une dérive de notre direction académique encouragée par les propos méprisants du Ministre à notre égard. Malgré les annonces, la situation des enseignants reste toujours aussi peu attractive.

La mise en place de tels référents devait être un plus au service de l’amélioration des conditions de travail de la profession. Elle se transformerait ainsi en un rôle d’approbation des décisions de la hiérarchie au nom de cette dite loyauté.

La liberté de pensée ne peut être remise en cause, elle ne nuit pas à l’engagement professionnel et à la qualité du service. Cet appel à candidature doit être remplacé par un appel conforme au droit accordé par la constitution. Nous nous adressons en ce sens au DASEN et au Recteur.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo

JPEG - 93.7 ko

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire