Refonder l’école ? Pas sur le dos des enseignants !

jeudi 18 octobre 2012
popularité : 1%

Après une pseudo concertation de spécialistes dont les enseignants ont été écartés, le rapport rendu public contenait quelques intentions louables (formation des maîtres, renforcement de la maternelle, maîtres supplémentaires...), mais surtout beaucoup d’interrogations (rythmes, programmes, éducation prioritaire…). Certains sujets avaient par ailleurs été soigneusement évités (réduction des effectifs, réhabilitation des RASED…)

Puis le temps des annonces concrètes est venu, et là... hélas...!
Dans le projet de modification des rythmes scolaires des élèves, l’impact sur nos conditions de travail, sur notre temps de service et sur notre pouvoir d’achat est totalement inacceptable... sans compensations.

Selon le projet Peillon (4 journées de 5h30, dont 30 mn d’aide aux devoirs ou d’accompagnement et 3h le mercredi), nous aurions un temps face aux élèves en classe entière augmenté d’une heure hebdomadaire (de 24 à 25h). Le SNUipp-FSU demande à ce que le temps d’enseignement en classe entière soit ramené à 23h hebdomadaires.

L’aide personnalisée dans sa forme actuelle disparaîtrait ; le temps de service hors classe (travail en équipe, formation continue, relations avec les parents), qui lui aussi doit être repensé, serait alors porté à 72h (au lieu de 48h actuellement).

Au delà des immenses questions soulevées par la mise en œuvre d’activités périscolaires par les communes, il est hors de question que la réforme envisagée ne s’accompagne pas d’une redéfinition claire de nos temps de service et d’une amélioration de nos conditions de travail. L’augmentation de nos frais engendrée par la demi-journée supplémentaire de classe (frais de transports, garde d’enfants…) doit évidemment être prise en compte, dans le cadre de discussions pour que soit enfin revalorisé le métier de professeurs des écoles.

Si l’on veut vraiment améliorer les conditions d’accueil des élèves et permettre la réussite de tous, il ne faut pas oublier d’autres "leviers" : baisse des effectifs, programmes adaptés, évaluations repensées, aides spécialisées, prise en compte des besoins en temps, restauration de la confiance et fin des injonctions purement administratives...

Le ministre doit améliorer nettement sa copie.
Nous pouvons l’y aider... s’il nous écoute !
A défaut le SNUipp/FSU n’exclut aucune modalité d’action pour faire entendre la voix de notre profession…


Annonces

* PPP : signez la pétition !


* Promotions 2017/2018

PNG - 29.5 ko
e-Promotions

Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2018/2019


Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Mouvement 2018

e-Mouvement


Notre partenaire