Compte-rendu du groupe de travail concernant la RH de proximité

vendredi 12 février 2021
popularité : 3%

Groupe de travail concernant la RH de proximité

Jeudi 11 février 2021

Un groupe de travail a eu lieu au rectorat pour présenter et discuter une feuille de route concernant la mise en place de la RH (Ressources Humaines) de proximité. Cette démarche s’inscrit dans une demande nationale depuis 2018.

Cette feuille de route s’organise autour de 3 axes : (voir document)

  • Reconnaissance
  • Coopération
  • Ouverture

Elle a pour objectifs de :

  • Transformer en profondeur la RH
  • Développer la RH de proximité
  • Mettre en place une meilleure information des personnels, une meilleure écoute, une plus grande capacité à apporter des réponses et un accompagnement individualisé. La volonté présentée par l’administration est de mettre en œuvre des mesures concrètes et rapidement perceptibles.

Pour la FSU, cette RH de proximité remet en cause la place des représentants du personnel dans les instances où leur expertise du terrain permettait une meilleure gestion des situations des collègues (mouvement, promotion, …). Avec cette RH de proximité, on entre dans une individualisation qui ne permettra plus l’assurance de l’équité et de la transparence qui étaient garanties par la place des représentants des personnels. Cette place n’est mentionnée uniquement via les CHSCT mais omet tout ce qui pouvait être fait dans les autres instances qui disparaissent petit à petit…
Et bien que l’administration tente de nous rassurer en nous garantissant d’être associé aux échanges, elle refuse notre proposition de mettre en place des cellules de conseil dans lesquelles les représentants des personnels pourraient être présents au côté de l’administration.

L’administration dit aussi vouloir « casser la barrière entre les agents et leur service de gestion ». La plus grosse barrière est celle avec notre hiérarchie qui ne soutient peu, voire pas du tout ses agents. Alors quand on lit dans la partie « Ouverture » : « Soutien des personnels victimes d’atteintes à leur image ou à leur intégrité », on espère voir effectivement des « mesures concrètes et rapidement perceptibles » car l’actualité nationale (Samuel Paty) et départementale nous montre le contraire.

C’est peut être ce qu’ils entendent améliorer quand cette feuille de route mentionne « un appui RH de premier niveau aux chefs d’établissement dans la gestion managériale qui leur incombe » et le souhait que cela se transpose aux IEN dans le 1er degré…

Toujours dans cette partie ouverture, l’administration met en avant la digitalisation des démarches pour faciliter la prise de contact via l’application ProxiRH, accessible via Iprofs. Ce dispositif étant récent, il demande à être bilanté. Et dans la même lignée, une réflexion est en cours sur la dématérialisation des fiches RSST.
Le DUER est aussi mentionné avec la volonté de le retravailler en partant d’analyses de cas concret afin de pouvoir y intégrer du réel et de simplifier la forme.

De plus, cette démarche ambitieuse demande des moyens et l’administration admet elle-même qu’ils sont limités et qu’ils travaillent dans un cadre contraint.
Y’aura-t-il alors des moyens pour former correctement les agents administratifs chargés de la RH ?

Cette feuille de route met aussi en avant la formation. Elle précise la volonté de faire évoluer la formation sur les points suivants :

  • en intégrant de manière volontariste la dimension participative en valorisant l’expression des besoins par les agents eux-mêmes,
  • en systématisant la démarche qualité pour les modules de formation,
  • en intégrant des enseignants dans les instances de réseaux où sont décidés les plans de formation,
  • en distinguant de façon systématique « accompagnement des réformes » et « développement professionnel/personnel »

La FSU a acté positivement la volonté de prendre en compte les besoins des enseignant-es dans les actes de formation tout en soulignant que dans le premier degré, le poids des prescriptions ministérielles concernant le plan math et le plan français empêche cette prise en compte. La FSU a rappelé que le conseil départemental de formation, qui ne s’est pas réuni depuis plus d’un an dans les Bouches-du-Rhône, est l’instance de discussion qui permet ces échanges avec l’ensemble des acteurs.

Les AESH sont les grand-es oublié-es de cette feuille de route. L’administration en prend note et va voir comment les intégrer.

Un point positif de cette feuille de route est la mention de l’égalité Homme/Femme mais les propositions manquent de concret malgré la volonté des « mesures concrètes et rapidement perceptible ». L’administration admet finalement elle-même que cela n’est pas optimal mais qu’ils resteront larges et qu’il faut encore travailler dessus, donc rien de « concret » et de « rapidement perceptible » en vue.

Quant à la proposition d’un magistère à destination de l’ensemble des personnels : ce n’est pas les personnels qu’il faut sensibiliser mais la hiérarchie et le ministère pour que les choses avancent ! Il faut des règles « concrètes » et « rapidement perceptibles ».


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo
http://13.snuipp.fr/IMG/pdf/ih713li...

PDF - 4.6 Mo

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire