Marseille : audience avec J. M. Coppola, Adjoint au Maire chargé de la culture

vendredi 26 mars 2021
popularité : 3%

La FSU13 a rencontré Jean-Marc Coppola, adjoint au maire chargé de la culture ce lundi 8 mars 2021.

La délégation était composée de Jean Pierre Zanlucca du SNUTER FSU – Ville de Marseille, Marion Chopinet du SNES-FSU, Sébastien Fournier du SNUIPP-FSU et Caroline Chevé, secrétaire départementale. Etaient donc représentés à la fois les agents employés par la ville de Marseille et travaillant dans les différents établissements culturels, musées, bibliothèques, et les personnels de l’éducation nationale du premier et du second degré. L’activité professionnelle de ces derniers en fait des usagers particuliers des équipements culturels où ils accompagnent leurs élèves, avec lesquels ils peuvent développer un travail régulier, et où ils incitent leurs élèves à se rendre régulièrement.
Faciliter l’accès des enseignants avec leurs élèves aux bibliothèques, théâtres, musées, cinéma a un effet immédiat sur la pratique extra scolaire des enfants et de leurs familles, et donc sur la fréquentation de ces lieux.

Nous avons placé cet entretien sous le signe des attentes immenses qui sont les nôtres en matière de développement de la politique culturelle dans la ville. Plus particulièrement, nous attendons de la nouvelle municipalité qu’elle fasse porter l’effort sur l’accès à la culture des jeunes, et des populations qui en sont le plus éloignées, au sens propre comme au sens figuré. L’accès à la culture est un vecteur majeur d’épanouissement et d’émancipation et le rôle des politiques publiques est d’aller chercher les publics qui en sont le plus écartés pour des raisons sociales, économiques et géographiques, dans une ville dans laquelle les transports en commun sont insuffisants et mal répartis.

Nous avons aussi rappelé que les personnels de l’éducation nationale sont confrontés à une volonté ministérielle qui tend à transférer les enseignements artistiques et sportifs vers les collectivités territoriales voire vers les acteurs privés et que nous nous y opposons fortement.

Dans le premier degré, il y a un double enjeu : favoriser l’accès à la culture et les pratiques. Aussi, la première exigence consiste à obtenir une utilisation illimitée et gratuite des transports publics pour les classes afin d’accéder aux lieux de culture. Mais aussi amener la culture au sein des écoles (bibliobus, spectacles, ateliers…). Pour cela, il faut la gratuité d’accès aux lieux et le développement de la médiation culturelle, et donc des embauches dans les bibliothèques, les musées… Le développement du portail numérique unique accessible aux écoles pour permettre la diffusion des initiatives accessibles aux classes serait aussi bonne chose.

Le SNUipp fait le constat des inégalités d’accès à la culture sur le territoire et demande une attention particulière sur ce point. La fin du financement des APPN (classes de voile, de mer…) décidée par la précédente municipalité au moment de la réforme des rythmes scolaires doit être revue. La subvention de 15€ par élève abondée par la ville pour les classes de découverte est insuffisante. Il faut que la nouvelle municipalité la revoit à la hausse de manière conséquente.

Dernier élément important, le développement des pratiques artistiques dans les classes avec le recentrage de la caisse des écoles sur le financement des projets.

Enfin, le projet public/privé de construction d’une école à la Friche doit être revu pour être public. Il ne peut ni conserver ce type de financement, ni s’adresser à un autre public que celui du quartier populaire au sein duquel il pourrait voir le jour.
Les écoles à profil artistique dans les quartiers populaires et les interventions des artistes en classe doivent être développées pour permettant aux élèves les plus éloignés de la culture d’y accéder.

Dans le second degré, bien que ne relevant pas directement du champ de compétence des municipalités, les collégiens et les lycéens marseillais sont usagers des installations, dans le cadre scolaire comme le cadre privé. De façon générale les relations entre les établissements et les installations culturelles sont insuffisantes, faute de personnel municipaux pour assurer l’accueil et la médiation, mais aussi faute de volontarisme politique. Les personnels, eux, sont favorables au développement de partenariats plus étroits.

Ainsi dans les bibliothèques, seules 2 classes de 6e peuvent être accueillies chaque année par établissement, il faudrait que tous le soient, et se voient proposer une carte de bibliothèque en fin de visite. L’accès au prêt numérique (livres et films) pourrait être aussi développé par l’intermédiaire des CDI. Plus généralement le développement des relations entre les bibliothèques et les VCDI devrait être favorisé, et l’accès à l’information facilité. Le public devrait pouvoir être accueilli dès 10h (hors période COVID). Mais cela passe nécessairement par le recrutement de personnels afin d’ouvrir les bibliothèques de secteur, et de redonner au département jeunesse de l’Alcazar la latitude suffisante pour cela. L’équipe municipale fait de la lecture publique une de ses priorités et espère rencontrer le soutien du ministère de la culture. Des recrutements vont être faits pour les bibliothèques mais les arbitrages sont en cours.

Dans les musées, la problématique RH est très complexe et ancienne. Le travail des médiateurs est précieux, mais ils sont en nombre insuffisant notamment pour que se développe les visites de collégiens et de lycéens aujourd’hui insuffisantes. La gratuité des musées est une décision qui va dans le bon sens.
Certaines activités culturelles ont progressivement été abandonnées et privées de subventions par la précédente municipalité alors que le rôle est important. Ainsi de l’artothèque du lycée Antonin Artaud qui dispose d’un fond riche insuffisamment exploité et valorisé faute de subvention. L’adjoint au Maire était informé de cette situation et s’est engagé à rencontrer l’équipe qui gère l’association.
La période de crise sanitaire laisse aujourd’hui subsister de rares usages des lieux culturels. Elle pourrait être l’occasion de développer la venue des artistes et des œuvres au sein des établissements et des écoles : comédiens, films, œuvres peuvent se déplacer pour aller à la rencontre des élèves.

Nos demandes et propositions ont été écoutées avec attention et la volonté de la municipalité de construire une politique culturelle ambitieuse est manifeste. Elle se heurte cependant à une situation économique difficile et au passif lié aux choix politiques faits antérieurement. Les arbitrages budgétaires sont à venir, lors du prochain conseil municipal.
D’autres rencontres seront programmées afin de traiter de façon plus approfondie des aspects plus précis de la politique culturelle.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2020-2021


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo
http://13.snuipp.fr/IMG/pdf/ih713li...

PDF - 4.6 Mo

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire