Marseille : Rencontre du SNUipp-FSU avec les élu.es de la majorité municipale

samedi 23 octobre 2021
popularité : 1%

Ce mardi 19 octobre, Pierre-Marie Ganozzi, adjoint au plan école et au bâti, Pierre Huguet, Adjoint à l’Education et Marie Batoux, adjointe à l’Education populaire recevaient les organisations syndicales enseignantes. Le SNUipp FSU y a participé. Analyse…

Le financement du “Plan école” : toujours dans le flou…Mais des précisions sur les constructions d’écoles.

Le budget total d’1,2 milliard d’euros qui doit être consacré à ce plan de rénovations et construction d’écoles n’est toujours pas défini clairement pour ce qui est du niveau d’engagement financier de l’Etat, point pourtant crucial quant à la mise en œuvre du plan.
Nous nous sommes inquiétés du retard pris par l’absence d’annonces précises par le chef de l’Etat sur ce sujet lors de ses déplacements de début septembre et mi octobre dans notre ville. Absence de précision que nous regrettons et à propos de laquelle nous engageons le président de la République à tenir les engagements de principe pris le 2 septembre : faire en sorte que la République abonde ce plan de manière à ce que l’indignité républicaine dans laquelle nous travaillons et accueillons les élèves chaque jour cesse.

La municipalité maintient que quoi qu’il en soit, le plan verra le jour dans sa totalité quelle que soit la part de l’Etat dans son financement. La variable sera la durée de réalisation, actuellement prévue pour 9 ans.
Alors que la forme de la société ad-hoc devant voir le jour devait être une SPLA-IN (Société Publique Locale d’Aménagement d’Intérêt National), cela ne semble plus assuré. La ville déclare pourtant qu’il s’agira toujours de fonds publics répartis entre Etat et municipalité.

Nous en savons désormais plus sur le nombre de constructions de nouvelles écoles, puisque la municipalité annonce la construction de 28 nouvelles écoles, conformément aux revendications portées par le SNUipp-FSU. C’est pour nous une grande satisfaction.

D’autant que par exemple, il a été affirmé que les constructions des écoles Joli Manon et Marceau ne viendraient pas en substitution des écoles Bugeaud et Busserade qui elles feraient partie des écoles subissant des rénovations lourdes.
La mairie a communiqué une liste de 30 écoles qui seraient les premières concernées par le plan.

La mise en travaux des écoles induit nécessairement des bouleversements pour les communautés scolaires concernées. L’adjoint s’est engagé à ce que la concertation avec les collègues soit approfondie. Rien n’est définitivement tranché à cette heure mais, concernant la rénovation déjà lancée de 5 groupes scolaires en MGP, un des groupes scolaires devrait être déplacé dans une école de proximité disposant de salles de classe disponibles. Pour les autres, une des éventualités est le maintien sur site dans des écoles en algeco.

En revanche, sur le terrain d’une interface numérique centralisée permettant aux écoles de faire remonter leurs besoins, toujours rien devant nous. Le SNUipp-FSU a réinsisté pour obtenir au plus vite cet outil indispensable à l’entretien des écoles et à l’allègement des tâches des directeurs.trices.

Le SNUipp-FSU-13 obtient une réunion d’urgence pour la sectorisation

Nous portons depuis longtemps la nécessité d’une commission tripartite (au moins) sur la sectorisation rassemblant la mairie de Marseille, la DSDEN et les représentant.es des enseignant.es. Nous ne pouvons accéder à l’idée défendue par l’équipe municipale actuelle que ces problèmes se régleront à l’issue du plan de rénovation car cela signifie repousser au-delà de 5 voir même 10 ans toute nouvelle modification.
L’adjoint à l’éducation en charge de ce dossier a reconnu l’absence d’avancée significative sur ce point. Pour autant, il a pour la première fois ouvert la porte à cette proposition mais sans proposer d’échéance précise.
En revanche, il a accédé à la convocation d’une réunion de travail dès novembre sur ce point pour les écoles dont il serait possible de faire avancer la situation rapidement.
Le SNUipp-FSU13 se réjouit de cette avancée et propose donc aux écoles concernées par des problèmes de sectorisation de s’adresser à nous en détaillant leur situation et les éventuelles solutions envisageables si elles en ont connaissance.
A cet effet, écrivez un mail à snu13@snuipp.fr avec comme intitulé : « problèmes de sectorisation Marseille ».

Désaccord persistant sur la question de l’emploi à Marseille

L’adjoint à l’Education réaffirme en audience qu’il y a bien une ATSEM par classe en maternelle à Marseille, ce qui est un déni de réalité au regard du vécu quotidien des équipes.
Il ne suffit pas comme il le fait d’aligner les chiffres pour affirmer que tout va bien.

Il affirme que 125 agents titulaires ont été recruté.es dont 80 ATSEM. Sauf qu’évidemment 1289 ATSEM pour 1250 classes de maternelle sur la ville, ça ne suffit pas parce qu’immédiatement on est en défaut au regard du volant ordinaire de personnel absent, au regard du fait qu’on est en pleine crise COVID et au regard du fait que nous partageons le constat qu’un certain nombre d’ATSEM travaillent en crèche ou comme concierge ou dans d’autres services. Bref que les nombres annoncés ne correspondent en rien à la réalité des ATSEM présentes dans les écoles pour les élèves.
Et nous disons cela de concert avec les organisations syndicales de la fonction publique territoriale.

Cela corrobore aussi notre point de vue selon lequel contrairement à ce que dit désormais la majorité municipale, il suffirait de réorganiser les services pour trouver des solutions.
Puisque certaines ATSEM travaillent sur d’autres postes, il faut évidemment recruter si elles retrouvaient leur poste en école ou prendre acte qu’elles ne travaillent plus dans les écoles et recruter aussi.

Il faut recruter 1 ou 2 emplois par école car au-delà des ATSEM, il manque aussi du personnel AT pour le ménage et pour encadrer le temps cantine.
Il faut aussi constituer un volant de remplaçantes pour éviter les déplacements incessants de personnels qui sont inacceptables pour elles, pour nous, et surtout pour les élèves. Ce à quoi souscrit l’élu.

Par ailleurs, l’adjoint réitère sa volonté d’améliorer la communication avec les équipes, reconnaît les difficultés une nouvelle fois rencontrées lors de la grève du 1ER octobre sans apporter de procédures nouvelles visant à y remédier. Depuis, nous apprenons qu’une commission de travail spécifique va se mettre en place.

Concernant le périscolaire, l’adjointe en charge du dossier identifie une difficulté dans le fait que les élèves des catégories sociales les plus défavorisées n’y participent pas ou peu : absence totale d’élèves d’élèves venant des 5 paliers les plus exonérés sur la tarification.

La mairie envisage une augmentation de la présence des animateurs.trices cantine 4 jours par semaine au lieu de 2. Mais se heurte pour l’instant à des difficultés qui l’empêchent de le mettre en place.
Autre difficulté la faible participation réelle des élèves à ces animations cantine, pour laquelle des solutions sont à l’étude.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2021_2022


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo
https://13.snuipp.fr/IMG/pdf/ih_717...

PDF - 6.1 Mo

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire