Elèves Allophones : Urgence, il faut des postes supplémentaires !

jeudi 7 juillet 2022
popularité : 25%

Ce mercredi 6 juillet, une délégation d’enseignant.es UPE2A du 1er degré accompagnée de représentants syndicaux du SNUipp-FSU, du Snudi-FO et de Sud-Education ont rencontré l’administration.

Enseigner en UPE2A, c’est travailler quotidiennement avec des élèves au parcours de vie souvent compliqué (migration, guerre, pauvreté, déracinement familial et culturel etc…). Cette population scolaire fragile a le droit à une éducation, un apprentissage de la langue. Les textes disent 9 heures par semaine minimum la première année de scolarisation en France : c’est bien insuffisant !

Le problème est que ce minimum est aujourd’hui déjà loin d’être une réalité effective. De nombreux élèves dans les classes n’ont même pas accès à un.e maître.sse UPE2A. Les collègues UPE2A sont contraint.es à une itinérance inacceptable : 3, 4, 5, parfois jusqu’à 10 écoles. Dès lors, les 9h dues aux élèves ne leur sont pas offertes.
Ce manque de postes UPE2A qui fabrique souffrance chez les enseignant.es et déficit d’enseignement pour les élèves est une réalité prégnante depuis des années.

Fort de ces constats, la délégation a demandé une dotation immédiate de 15 postes pour le département, la limitation à 20 du nombre d’élèves par enseignant.es et à 2 le nombre d’écoles d’interventions. Mais enseigner, c’est aussi avoir des locaux adaptés, une formation de qualité, des ordres de missions permanents intégrant l’itinérance, des moyens de transport pour les élèves quand ils doivent se déplacer et des enseignant.es remplacé.es quand iels sont absent.es !

Autant de revendications déposées sur le bureau du DASEN à l’occasion de cette audience où nous avons été reçu.es par Mme Blua (DASEN Adjointe), Mme Tiran-Matignon (Responsable Casnav) et M. Ferraioli (IEN-Adjoint en charge du 1Er degré).
Les réponses des membres de la DSDEN furent notoirement insuffisantes. Malgré une écoute attentive, nous ne pouvons que déplorer une réalité du terrain encore insuffisamment identifiée, l’administration convenant elle-même de la faiblesse actuelle des données sur la réalité des élèves allophones scolarisés et leur prise en charge !

Pourtant nous savons que la moitié des collègues UPE2A sont sur plus de 2 écoles. Sur 20 enseignants sondés à Marseille, 75% indiquent ne pas pouvoir donner les 9h d’enseignement de la langue française dues à leurs élèves !
Malgré cela, aucun engagement n’a été pris en termes de création de poste lors de cette audience.

Par ailleurs, les représentant.es de la DSDEN assurent avoir engagé un travail précis de recensement des élèves ukrainien.nes à scolariser pour la rentrée de septembre. Il nous a été indiqué que sur ce terrain, on passait d’une doctrine d’accueil sans coercition de scolarisation à une logique de scolarisation de tous les élèves à la rentrée de septembre, une réponse positive aux inquiétudes que nous avions exprimées.

Le seul point positif de cette réunion sera la promesse par l’administration d’engager un travail pérenne sur la question par un nouveau groupe de travail avec les organisations syndicales dès la rentrée. Comptez sur le SNUipp-FSU pour que cette instance se tienne et que nous y portions à nouveau nos revendications.

En attendant, la délégation a insisté pour que des ouvertures de postes aient lieu dès la rentrée de septembre prochain ! A défaut et de toute manière, il nous faudra continuer de porter ces préoccupations et ces revendications. Le SNUipp-FSU sera de ce combat !


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2022_2023


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo
https://13.snuipp.fr/IMG/pdf/ih_717...

PDF - 6.1 Mo

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire