La rentrée du côté de l’ASH : le SNUipp-FSU 13 dénonce l’inquiétant silence de Pap Ndiaye

vendredi 9 septembre 2022
popularité : 3%

La circulaire de rentrée du nouveau ministre de l’EN, non seulement ne marque aucune rupture avec la politique menée précédemment, mais encore n’évoque ni l’adaptation ni les enseignements spécialisés, ni la grande difficulté scolaire. Nous sommes bien loin des mandats de la FSU et du SNUipp, bien loin d’une école dite inclusive, qui nécessiterait la mise en œuvre d’une politique éducative ambitieuse pour l’émancipation de toutes et tous par le savoir et la culture.

Cette circulaire prône « l’excellence et la maîtrise des savoirs fondamentaux », lire écrire compter, dès la maternelle, sans moyens supplémentaires ni dispositif spécifique pour les élèves qui rencontrent des difficultés. Le ministre poursuit avec « la culture de l’évaluation pour mieux répondre aux besoins des élèves » ! Pour le SNUipp-FSU, il est hors de question d’accepter cette transformation de la maternelle ni ce pilotage par l’évaluation, qui ne répond en rien aux besoins des élèves ! Par contre le besoin en enseignant.es formé.es, spécialisé.es, psychologues EN est important pour répondre justement aux besoins des élèves, en particulier celles et ceux faisant face à des difficultés d’apprentissage ou peinant à se conformer aux exigences de l’école.

Concernant la difficulté scolaire, le ministre avance comme unique réponse le dédoublement des GS, CP et CE1 en éducation prioritaire, qui « a démontré son efficacité », selon ses dires. Pour le SNUipp-FSU, au contraire, depuis 2018 l’écart continue à se creuser entre élèves en REP+ et hors éducation prioritaire (cas de 6 items sur 8 des évaluations CE1 en français). Le ministre omet de préciser que les RASED, compte tenu de l’étendue des secteurs à leur charge et du manque criant de personnels spécialisés, n’interviennent quasiment plus dans les classes dédoublées. Cette circulaire efface toute hypothèse de difficulté rencontrée par un·e élève dans son parcours scolaire et délégitime de fait les enseignant·es spécialisé·es et psy EN, ainsi que leurs missions. Le ministre affiche une politique qui entérine totalement la disparition des RASED du paysage scolaire.

Dans notre département, si l’on met cela en lien avec la suppression totale de la spécialité « relationnelle », la généralisation de dispositifs de type EMAS ou « pHARe », les plans de formations visant à transformer les enseignant·es spécialisé·es en personnels ressources, l’appauvrissement de la formation CAPPEI, ou encore les inégalités générées par le plan Marseille, nos inquiétudes quant à la prochaine disparition totale des RASED sont légitimes. Cela s’opère en silence mais pour le SNUipp-FSU 13 il s’agit d’un signal d’alarme à prendre à bras le corps. Nous devons rappeler notre attachement à l’adaptation scolaire et à la prise en charge des difficultés des élèves au sein de l’école, refuser que la seule réponse à une difficulté soit une reconnaissance de handicap dans le cadre d’une école dite inclusive.

Avec l’école inclusive, le ministre, avec l’accord entier de Matignon, met en avant des chiffres brut, pour mener une politique refusant de répondre aux besoins des élèves en difficulté, pour se dédouaner d’une analyse des origines des difficultés des élèves.
Pendant ce temps, dans les classes trop souvent surchargées, des enfants explosent, des situations dégénèrent et font souffrir, par manque de moyens.

Pour le SNUipp-FSU 13, nous devons collectivement nous organiser pour refuser le démantèlement de l’adaptation scolaire.

L’urgence est à la recomposition des collectifs de travail et aussi de lutte au sein des écoles, la reconstitution des RASED et des enseignant.es PARE. C’est aussi la baisse des effectifs de toutes les classes, le respect des seuils dans les ULIS (10 dans le second degré, 12 dans le premier), la création de postes d’ERSEH au regard de l’augmentation des besoins, l’ouverture de places en SESSAD, ITEP, IME et autres structures spécialisées pour offrir à tou·tes les élèves, en fonction de leur besoin, un cadre leur permettant d’accéder aux apprentissages et de s’émanciper.

Le SNUipp 13 et la FSU interpelleront le DASEN mais aussi le recteur sur ces questions et s’empareront de ces problématiques lors de RIS, stages, communiqués spécifiques. Le collectif « Des moyens pour l’inclusion 13 », les associations de parents, seront également sollicité.es.


Annonces

* Suivez l’actualité Education : inscrivez-vous à notre liste de diffusion !


* Formulaire pour calcul de pension


Adhérez en ligne

Payez votre cotisation en ligne par carte bleue
en 1 ou plusieurs fois SANS FRAIS.

Bulletin d’adhésion 2022_2023


Dernier Info-Hebdo

Téléchargez le dernier Info-Hebdo
https://13.snuipp.fr/IMG/pdf/ih_717...

PDF - 6.1 Mo

Entrez vos prévisions d’effectifs !


FaceBook

JPEG - 3.5 ko

Suivez-nous sur notre page Facebook


Notre partenaire